L’instinct maternel existe-t‘il ?

Écrit par PACHA MAMAN : une maman qui partage ses astuces et ses conseils pratiques du quotidien.

En matière de parentalité, un concept a fait l’objet de nombreuses discussions, de débats passionnés et de recherches scientifiques : l’instinct maternel. Ce terme, souvent utilisé pour décrire l’amour inconditionnel et le dévouement d’une mère envers son enfant, a été peu à peu remis en question. Existe-t-il vraiment ? Si oui, comment se manifeste-t-il ? Si non, comment expliquer le lien si puissant qui unit une mère à son enfant ? Tentons d’éclaircir ces mystères.

Le cerveau des mères : des changements notables

Le cerveau d’une femme enceinte subit des modifications fascinantes tout au long de la grossesse. Des chercheurs ont constaté que certaines zones du cerveau se développent pendant cette période, surtout celles liées à l’attention, l’émotion et la perception des autres. Cette transformation pourrait expliquer l’attachement intense qu’une mère ressent envers son bébé.

Par ailleurs, le cerveau d’une femme enceinte sécrète une hormone particulière : l’ocytocine. Cette « hormone de l’amour » est connue pour renforcer les liens sociaux et favoriser l’attachement maternel.

L’instinct maternel : une construction sociétale ?

Il est vrai que la maternité est souvent associée à la douceur, l’attention, l’amour… Mais ces comportements sont-ils innés ou acquis ? Certains scientifiques soutiennent que l’instinct maternel est une construction sociétale, façonnée par l’histoire et les attentes imposées aux femmes.

Ce point de vue n’écarte pas la possibilité de l’existence d’un instinct maternel biologique, mais souligne le poids des normes sociales et culturelles dans la manière dont une maman se comporte avec son enfant.

Les hommes et l’instinct maternel

Les hommes peuvent-ils développer un instinct maternel ? Si on se fie à la définition sociétale, l’instinct maternel n’est pas exclusif aux femmes. Des études ont montré que les pères peuvent aussi développer un lien fort avec leur enfant, et qu’ils sont tout à fait capables de prendre soin de lui avec autant de dévouement et d’attention que les mères.

Cela nous amène à réfléchir à la notion même d’instinct maternel. Serait-il plus juste de parler d’instinct parental, qui engloberait à la fois les mères et les pères ?

Les femmes sans enfants et l’instinct maternel

Certaines femmes choisissent de ne pas avoir d’enfants, ou ne ressentent tout simplement pas le besoin d’être mères. Cela signifie-t-il qu’elles n’ont pas d’instinct maternel ? Pas nécessairement. L’instinct maternel n’est pas une obligation biologique, mais plutôt une possibilité, qui peut être activée ou non en fonction de divers facteurs : le désir de maternité, la volonté de prendre soin d’un enfant, les conditions de vie, etc.

L’instinct maternel : une réalité complexe

L’instinct maternel est donc une réalité complexe, qui mêle biologie, sociologie, psychologie et émotions. Il est à la fois universel et unique à chaque femme. Il n’est ni une obligation, ni un mythe, mais une facette de la maternité qui peut prendre de nombreuses formes.

Les théories des Sciences Humaines

Les sciences humaines, qui analysent les comportements, les pensées et les émotions des êtres humains, ont leur mot à dire sur le sujet de l’instinct maternel.

L’anthropologue Sarah Blaffer Hrdy, par exemple, soutient que l’instinct maternel n’est pas inné chez les humains. Elle propose plutôt l’idée que les comportements maternels sont le résultat d’un apprentissage social et d’une adaptation à des conditions environnementales spécifiques. Selon elle, l’instinct maternel n’est pas automatique, mais peut être développé en réponse à des stimuli externes, comme la présence d’un enfant.

De son côté, la philosophe et sociologue française Élisabeth Badinter a déclenché beaucoup de débats avec son livre « L’Amour en plus : Histoire de l’amour maternel », publié au début des années 80. Selon elle, l’amour maternel n’est pas un sentiment naturel et universel, mais une construction sociale qui a évolué au fil du temps, notamment depuis le 18ème siècle.

Lire aussi :  Les plus belles citations sur les mamans pour célébrer leur amour

Ces théories, bien que controversées, soulignent la complexité de la question de l’instinct maternel. Elles nous invitent à ne pas prendre pour acquis l’idée d’un instinct maternel universel et inné, et à considérer l’importance des facteurs socioculturels et environnementaux dans la formation des comportements maternels.

L’après accouchement

L’instinct maternel se manifeste-t-il immédiatement après l’accouchement ? Ce n’est pas obligatoirement le cas. La période post-partum est un moment complexe pour la mère, marqué par des bouleversements hormonaux, physiques et émotionnels.

Il est fréquent que les nouvelles mères se sentent débordées, épuisées, voire déprimées, ce qui peut affecter leur capacité à ressentir un attachement immédiat envers leur bébé. Certaines mères peuvent même avoir des sentiments mitigés ou ambivalents envers leur enfant après l’accouchement, ce qui ne signifie pas qu’elles n’ont pas d’instinct maternel.

L’instant où le lien mère-enfant se crée varie d’une femme à l’autre. Pour certaines, l’attachement se forme pendant la grossesse, pour d’autres, il se développe progressivement dans les semaines ou les mois qui suivent la naissance. L’important est de respecter le rythme de chaque mère et de ne pas la juger si son expérience ne correspond pas à l’idée idéalisée de l’instinct maternel.

L’instinct maternel dans l’ère moderne

Au 21ème siècle, l’instinct maternel est sujet à de nombreuses réflexions et controverses. Dans une époque qui valorise l’égalité des sexes et la diversité des parcours de vie, cet instinct est de moins en moins considéré comme une évidence.

L’instinct maternel a longtemps été utilisé pour justifier la place prédominante des femmes dans l’éducation des enfants et leur rôle déterminant au foyer. Aujourd’hui, cette vision est de plus en plus remise en question. De nombreuses femmes choisissent de ne pas avoir d’enfants, remettant en cause l’idée que le désir d’enfant est une aspiration universelle chez les femmes.

De plus, avec l’évolution des structures familiales, l’instinct parental prime de plus en plus sur l’instinct maternel. Les pères sont de plus en plus impliqués dans l’éducation des enfants, et de nombreuses familles font le choix de partager les tâches parentales de manière égalitaire.

La bande dessinée de Lili Sohn, « Vagin Tonic », publiée en 2019, offre un regard actuel et décomplexé sur l’instinct maternel. Dans une interview donnée à France Inter, elle explique : « L’instinct maternel, ça se travaille, ça se construit, ça ne tombe pas du ciel ». Un point de vue qui reflète bien l’évolution des mentalités autour de l’instinct maternel à l’ère moderne.

Conclusion

L’instinct maternel est un sujet complexe, qui soulève de nombreuses questions. Biologie, sociologie, psychologie et émotions sont autant de facteurs qui influencent le rapport d’une mère à son enfant. Il est clair que l’instinct maternel, s’il existe, ne se limite pas à une simple pulsion biologique, mais est le fruit d’une multitude de facteurs et d’expériences.

Chaque femme vit la maternité de manière unique, avec ses propres émotions, ses propres doutes et ses propres joies. Il est essentiel de respecter ces différences et de ne pas juger ou stigmatiser celles qui ne correspondent pas à l’idée traditionnelle de l’instinct maternel. Il est également important d’ouvrir le débat à l’instinct parental, qui englobe aussi bien les mères que les pères, afin de reconnaître et de valoriser le rôle de tous les parents dans l’éducation des enfants.

En fin de compte, l’instinct maternel n’est peut-être pas une donnée universelle, mais une réalité singulière et personnelle, qui se construit jour après jour, au contact de l’enfant.